Partager:

Eveil spirituel de l'enfant

Notre expert

L’éveil spirituel permet à l’enfant de se relier à plus grand que lui, de s’ouvrir aux autres. Ce supplément d’âme, est un bien précieux, même si la société moderne croit davantage aux valeurs matérielles. Aux parents, en toute bienveillance, d’accompagner et de protéger l’enfant dans son cheminement.

Avec ou sans Dieu

Si la spiritualité se rattache essentiellement à la religion, elle peut prendre d’autres formes. Que ce soit Dieu, la nature ou un idéal, c’est avant tout, la capacité d’être relié à soi-même et au monde extérieur. Dieu ne régit plus la vie des populations mais le besoin d’éveiller sa conscience demeure. Dans chaque famille, nous transmettons plus que des valeurs éducatives, mais une vision du monde. Ce qui est important, c’est la sincérité du discours des parents qu’ils soient croyants ou non. Quand l’adulte fait part de son intime conviction, l’enfant fait l’expérience de l’altérité. Eviter d’apporter des réponses toutes faites pour calmer des angoisses, permet à l’enfant de prendre conscience de son intériorité, unique. Commence alors son propre chemin.

Avoir ou être

Dans un monde où la famille, le travail ne sont plus des certitudes, la foi permet de redéfinir les priorités.

«Dans notre société, nous sommes obsessivement poussés à travailler comme des forcenés afin d'obtenir toujours plus de biens matériels, afin de gagner toujours plus d'argent», confie Elisa, 18 ans. 
Pour Nathan, 21 ans «Il m’est important d’avoir des idéaux qui me permettent d’avancer et de m’accrocher». 

Ces jeunes suisses ont en commun d’avoir été aux JMJ, les journées mondiales de la jeunesse à Rio. Tout comme Fabien, seulement 16 ans, qui trouve dans la foi un soutien et un atout. «Quand de grosses épreuves m’arrivent ou arrivent à mes proches, je prie et demande de l’aide». Pour eux, s'élever au-dessus des autres ne se traduit pas par la position sociale. «La foi nous apprend à être amoureux des gens, pas des objets», tranche Elisa. Leurs convictions semblent une réponse à la seule finalité matérialiste de la société.

Eclairer sans aveugler

A partir de 7 ans, l’enfant se rend compte qu’il y a eu une vie avant lui et qu’après, elle continuera mais sans lui. Là, débute la quête du sens de son existence. Elle peut emprunter différents chemins. Si l’apport de la foi aide et réconforte, elle n’empêche pas le doute et la souffrance. Hormis la religion, l’amour du beau, du vrai, du bien sont des valeurs qui entretiennent l’âme de l’enfant. Il trouvera dans la spiritualité, les ressources morales pour surmonter les épreuves. Quelques soient les rituels, en famille, en groupe, à l’église, ils doivent stimuler sans conditionner. A un âge où les espérances sont fortes, il faut préserver l’enfant de toute dérive sectaire. Le rôle des parents est d’être vigilant, de faire preuve de discernement et de protéger son équilibre.

François Jeand’Heur

Partager:

Nos adresses préférées

> Genève

CIC - Centre Intercantonal d'Information sur les Croyances

Consultations gratuites par téléphone.
Secte - Religion - Spiritualité

A lire

Crèche en carton

Préparer Noël en famille avec les enfants dès 4 ans - Fabriquer une crèche en carton 20 silhouettes prédécoupées en carton blanc épais à détacher et à peindre: 10 personnages et 10 animaux imprimés recto verso à faire soi-même! Un très bel atelier créatif pour préparer Noël avec les enfants et passer un bon moment ensemble!

CHF 26
Commander

Nos partenaires