Notre expert
Communaux d’Ambilly, Belle-Terre en vue !

En attendant ses premiers habitants en 2021, les Communaux d’Ambilly à Thônex promettent d’être un lieu attractif où il fait bon vivre entre ville et nature.

Aujourd’hui, la cité moderne s’engage dans une nouvelle ère. L’urbanisation évolue en prenant en compte de nombreux critères. 

« Depuis le début du programme des Communaux d’Ambilly, il a été pensé développement durable, énergie renouvelable, mobilité douce, mixité sociale, énumère Céline Bourgeois, cheffe de projet à la direction du développement urbain de Genève. Pour réussir ces défis, il a fallu que les partenaires publics et privés collaborent à chaque étape du projet. »

Pour illustrer le souci de durabilité dès la mise en œuvre, il est à noter que le terrassement du terrain a été fait avec 95% des matériaux excavés sur site. « 8500 mètres cubes des terres végétales ont été aussi réemployés à la plage des Eaux-Vives et une partie le sera également pour la future forêt, ajoute Yannos Ioannides, coordinateur du projet et chargé de l’aménagement de l’espace public.

Dès l’origine, le quartier Belle-Terre a intégré les problématiques du zéro carbone, de la gestion des déchets, de l’eau, des espaces verts, en fait tout ce qui contribue à une meilleure qualité de vie. » La tendance actuelle est à l’écologisation des villes et vise un juste équilibre entre environnement et aménagement.

Du vert, de l’air à Belle-Terre

Prenez des commerces, des bureaux, une école, de grands espaces publics, une offre importante de transports, aménagez des pistes cyclables, rajoutez de la végétation permettant une grande biodiversité et vous avez tous les ingrédients pour créer un havre de paix, un bout de ville à la campagne.

« Il faut des magasins, des services pour faire vivre un quartier, des transports en commun performants, observe Mme Bourgeois. Des activités sportives, culturelles, associatives sont tout aussi essentielles au quotidien et les Communaux d’Ambilly en seront pourvus. » De même qu’ici, la préférence ira à l’usage du vélo plutôt qu’à celui de la voiture. « Aucun véhicule en surface ne sera visible que ce soit pour les particuliers ou les camions qui stationneront en sous-sol, relève M. Ioannides. Par contre au rez-de-chaussée des immeubles, des parkings à vélos encourageront les résidents à utiliser ce moyen de transport plus doux et plus propre. »

Le choc récent de la crise sanitaire a révélé des aspirations profondes de changement. « La ville est devenue un lieu de combat, constate M. Ioannides. Et durant la pandémie, les gens ont redécouvert le chant des oiseaux, ont respiré à nouveau le parfum des arbres et des fleurs. » L’Homo citadinus aurait-il soudainement des envies bucoliques ? « Si c’est le cas, le futur habitant des Communaux d’Ambilly pourra faire un don pour avoir son arbre et le voir pousser, note Mme Bourgeois. C’est le principe du parc forestier, une initiative communale en collaboration avec l’Office cantonal de l'agriculture et de la nature. » A y regarder de plus près, on peut même reconsidérer les vingt ans qu’ont nécessité l’étude et la réalisation du quartier Belle Terre, comme un gage de qualité et une volonté de bien faire les choses, en concertation avec tous les intervenants.

François Jeand’Heur

 

Pour en savoir plus…

www.lescommunauxdambilly.ch 

www.thonex.ch/vivre-a-thonex/communaux-ambilly 

www.ge.ch/dossier/nouveaux-quartiers/communaux-ambilly 

Commentaires





Partager:
Nos adresses préférées
Autres adresses
A lire
Nos partenaires