Ces filles qui dérangent leur père

Notre expert
Annick Pochet - Experte en Thérapie Familiale, individuelle ou de couple à domicile, à Genève

Notre partenaire thérapeute familial, Annick Pochet répond gracieusement à toutes les questions que vous vous posez concernant vos problèmes familiaux.
pour prendre un rendez-vous, contactez-la par email : apochet@bluewin.ch ou au 079 542 53 44


Posez votre question gratuite
Ces filles qui dérangent leur père

Ces filles qui ont dérangé leur père – PARTIE 2

Un article proposé par Annick Pochet
Thérapeute familial

Voir la partie I: Grandir avec un père défectueux

Ces pères encore bien conditionnés

  • Dans les années 1960, les pères passent plus de temps avec leurs enfants (congés payés, les mères travaillent).
  • Les hommes et femmes devenant parents dans les années 2000, s’occupent plus de leurs enfants ET travaillent plus que les parents des générations précédentes.
    Mais heureusement, ils ont la technologie (web, smartphone…) qui leur donne accès à beaucoup plus d’informations sur le « mode d’emploi : comment devenir des parents parfaits ? ».

Cependant, les traditions sont tenaces, et encore aujourd’hui, au 21ème siècle, le rôle du père véhiculé autant par la façon dont le cinéma le représente, que par la société elle-même, reste très stéréotypé.


Bien qu’il y ai un réel partage des tâches et une vraie implication dans la prise en charge des enfants par les pères de la générations Y (pères nés entre fin des années 80 et 90 ), hélas, beaucoup de familles fonctionnent encore avec les mécanismes transmis par leur parents et grands-parents.

Et pourtant

Le regard du père envers sa fille va façonner son rapport aux hommes pour toute sa vie. L’amour de cet homme pour sa fille est en principe fait de tendresse, de protection et d’admiration réciproque.
C’est au travers des yeux de son père que la fille construit ses futures relations amoureuses, sa confiance en elle, ses capacités à créer du lien.


Il voulait un garçon…mauvaise pioche, il a eu une fille

  • Caroline, 47 ans, puéricultrice témoigne : « Mon père ne voulait pas de fille. J’ai 3 frères avec 1 an et demi de différence entre chaque et moi, je suis arrivée 6 ans après le 3ème. Ma mère m’a toujours dit qu’elle voulait une fille comme ça elle se sentirait moins seule au milieu de tous ces mâles.
    Dès petite, j’ai partagé ma chambre avec Patrice, le plus jeune de mes frères. Mon père ne faisait pas de différence entre tous ses enfants. Il m’appelait Rolin. Quand ma mère m’habillait en fille, il ne me regardait pas, ou alors c’était pour se moquer de moi. Il disait que je ressemblais à un fil de fer en robe.
    Alors je me suis évertuée toute mon enfance à ne pas être différente de mes frères. Je jouais avec eux, me battais avec eux et adoptais toutes leurs attitudes qui faisaient la fierté de mon père. J’étais pourtant exclue de toutes les sorties ou activités « entre hommes » et j’en pleurais tellement je trouvais ça injuste.
    Lorsque j’ai eu mes règles, ma mère a voulu que je ne partage plus la chambre avec mon frère. On a aménagé le bureau de mon père pour qu’elle devienne ma chambre et à partir de là, mon père a passé sa vie à me critiquer, me rabaisser, m’humilier. 
    J’étais enfin devenu une fille à ses yeux et c’était pire que tout.

    Mes relations aux hommes ont toujours été compliquées et chaotiques. Soit j’en attends trop, soit je les mets à distance. Il m’a fallu des années et une bonne thérapie pour comprendre que rien n’était de ma faute si j’étais mal née. Que mon sexe m’avait dès le départ condamné. Que ma mère ne m’avait pas beaucoup aidée sur ce coup là et que mon père ne m’aimerait jamais vraiment pour qui j’étais. »

Mon père…ce héros en carton

  • Gaelle, 22 ans, étudiante HEC témoigne : « J’ai adoré mon père ! profondément. Ma mère passait son temps à lui dire qu’il cédait à tous mes caprices, ce qui n’était pas faux d’ailleurs. On avait une très grande complicité qui excluait ma mère et j’adorais ça.
    J’avais environ 16 ans quand un soir je sortais des cours et je suis rentrée plus tôt à la maison. J’ai trouvé mon père, dans sa chambre avec une femme. J’ai pété un câble. La femme est partie en courant et mon père a essayé de me calmer.
    Le pire, c’est que dans un premier temps il a commencé par me demander de ne rien dire à ma mère, car si je parlais je ruinais la famille. J’étais dégoutée. Comme je lui ai répondu que j’en avais rien à foutre et que je dirais quand même ce qui s’était passé, alors il s’est mis à pleurer, en me disant que la vie était dure, qu’il ne s’aimait plus depuis longtemps ma mère et lui…Bref, que ce n’était pas de sa faute.
    Mes parents se sont séparés et je n’ai plus revu mon père pendant 3 ans. Je ne voulais plus aucun contact avec lui. En fait, j’avais l’impression que c’était moi et non pas ma mère qu’il avait trompée.
    Je fais actuellement une thérapie car je n’arrive pas à effacer cette sensation de vide et de rage contre lui. Je n’arrive pas non plus à construire de relation avec un mec. J’attends toujours de voir à quel moment il va me trahir. Et ça finit toujours par arriver. »

Elles ont morflé et il faudra les aider à comprendre.
Dans ces 2 témoignages, l’une est rejetée, l’autre est trahie. Dans un cas comme dans l’autre, leur rapport aux hommes est biaisé. Elles doivent composer avec des réflexes de défiances, avec leur profonde blessure narcissique, et en même temps, cet espoir désespéré d’être enfin valable et surtout aimable (pouvant être aimée) aux yeux de leur père.

Elles vont alors tenter de trouver un homme qui pourra réparer leur peur d’être rejetée, leur douleur qu’être juste ce qu’elles sont, n’est jamais suffisant pour qu’on les aime.

Pour y parvenir, il sera mis à l’épreuve via toute une batterie de « tests » qu’elles auront concocté de manière plus ou moins consciente.

  • Passer en premier!
    Par exemple, ces messieurs devront leur prouver qu’elles passent avant tout ! Elles doivent être la seule et unique priorité de leur vie ! 
    Cela implique qu’ils devront sacrifier un certain nombre de choses pour se sentir à la hauteur de leurs attentes. Ils vont, par exemple, arrêter un sport trop prenant, renoncer aux sorties entre potes, ne plus s’investir dans une passion qui exclurait leur compagne. 

    Le plus compliqué, c’est quand ces femmes leur demandent de mettre de la distance entre eux et un membre de leur famille et/ou ami (parents, fratrie, ami(e)…), qu’elles estiment trop présents ou trop complices. Ils se retrouvent piégés à devoir faire un choix impossible. 

Alors, leur histoire d’amour se termine mal. 

Plus la blessure du lien au père est forte, plus elles vont chercher des compagnons qui ne seront pas capables de leur donner ce qu’elles veulent. Ils vont ainsi prouver à leurs yeux, que décidément, les hommes ne sont pas fiables, c’est bien tous les mêmes !

  • Les rapports de dépendance :
    « L’adulte est celui qui est capable d’accepter d’être dépendant. La dépendance aliénante se retrouve dans les liens entre personnes dont l’une d’elle joue un rôle figé, tandis que l’autre s’y adapte complètement. 

Le désir d’être totalement indépendant se résume à la peur d’être infantilisé comme durant la relation parent/enfant.
Refuser de s’attacher à l’Autre, c’est reconnaitre son impossibilité à se détacher des liens affectifs infantiles. » (Louise Grenier, psychologue, psychanalyste québécoise, auteure de « filles sans pères » ed. Québécor 2012)

Commentaires





Partager:
Nos adresses préférées

> Chêne-Bougerie

Annick Pochet

Thérapies familiales, de couples ou individuelles en cabinet ou, comme je le pratique, à domicile.

Pour vous aider, Annick Pochet propose des séances d'1h via Skype en vidéo grâce à votre webcam !
pour prendre un rendez-vous, contactez la par email : apochet@bluewin.ch ou au 079 542 53 44

> Genève

Centre Périnatal – Bulle Natale

Accompagnement avant, pendant et après la grossesse. Baby Gym, gym poussette, salsa maman bébé, yoga maman bébé

> Berne

Maenner.ch

männer.ch est la faîtière des organisations progressistes suisses des hommes et des pères depuis près de 15 ans.
Elle gère un centre de compétences, l'Institut suisse pour les questions d’hommes et de genre (ISHG) qui développe un travail de réflexion scientifique et pratique solide sur la question des garçons, des hommes et des pères en Suisse.
Elle porte le Programme national « MenCare »

> Genève

Teen Coaching

Coaching sur les bases de la PNL / cours de français
Coach sur les bases de la Programmation Neuro Linguistique et professeure certifiée de lettres en lycée depuis plus de 30 ans.
J’accompagne les personnes dans les domaines scolaire, sportif ou sur le plan personnel.
C'est quoi la PNL?
https://icipnl.com/cest-quoi-la-pnl/

> Le Mont-sur-Lausanne

Aimer Avancer
Un chemin vers la guérison intérieure

Accompagnement pour couples, familles, futurs parents, adultes, ados, enfants:
Aimer avancer, un chemin vers la guérison intérieure pour retrouver le dialogue et une relation épanouie, pour désamorcer les conflits, ... pour revivre du bonheur.

> Lausanne

Anne Jeger- Psychologue FSP/AVP
Aide en ligne - Consultation en cabinet

"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..."
Khalil Gibran

> Céligny

Marie-Claire ZAUGG
Accompagnante en haptonomie

Accompagnement de couple et individuel en haptonomie
Grossesse - Accouchement - Post partum
Soutien à la parentalité lors de passages difficiles
Psycho-sexologie positive pour le couple déstabilisé par l'arrivée de l'enfant

> Lausanne

Tiziana Mazza, psychologue

Tiziana Mazza, psychologue-psychothérapeute FSP
Consultation individuelle, couple, famille, adultes, enfants et adolescents

Autres adresses
A lire
Nos partenaires