Partager:

Vieux jouets: une deuxième vie pour les vieux jouets

Notre expert

Collecte de peluches, jouets en bon état mais inutilisés, jouets démodès, enfants qui grandissent...

Chaque année ce sont des milliers de jouets qui restent dans un coin, dont on ne sait que faire. Alors on jette, on stocke, on cherche à s'en débarrasser sur le net!

Et pourtant, nombreux sont les enfants qui n'auront pas grand chose sous le sapin. Alors... pourquoi ne pas les donner, tout simplement! Et faire en sorte que, pour une fois le bonheur des uns fasse aussi le bonheur des autres.


Les vieux jouets reprennent du service!

Grâce à des associations, à des programmes d’insertion, les jouets usagés retrouvent une seconde jeunesse.

«Après un long voyage, nous sommes bien arrivés et les enfants sont très heureux de nous voir.»
Ce petit mot qu’aurait pu envoyer l’ours en peluche, la poupée ou le tracteur en bois illustre la nouvelle vie des jouets auprès d’enfants dans le sud de la République dominicaine.

Tout a commencé à près de 8000 km de là, dans un appartement de Genève. «Je stocke les jouets partout, dans ma chambre, sur le balcon, chez des amis, explique Lizbel Antigua, la fondatrice de l’association Sourire Sud Bleu. Trois fois par an, j’expédie des cartons pleins par bateau ou je les confie à des amis qui y vont en vacances.»

Les jouets sont collectés auprès de particuliers et aussi grâce à des partenariats avec des sociétés comme Manor ou Oracle à Genève. Cette année, ce sont près de 2000 enfants répartis dans quatre villages qui recevront un cadeau. «Nous les distribuons aux mères célibataires, aux familles qui en ont le plus besoin, indique Mme Antigua. Là-bas, beaucoup d’enfants n’ont jamais touché un jouet.»A noter que la fondation accepte les peluches...

Sous toutes les latitudes, un jouet aide l’enfant à se construire, à développer son imaginaire.

En Suisse, selon un sondage récent de l'institut GfK, les ménages dépensent 270 CHF pour les jouets de Noël. Pour autant sont-ils prêts à offrir des cadeaux de seconde main? «Pas pour les fêtes qui sont un moment particulier, note Victoria Imobersteg, responsable de LudoTroc, un magasin de jouets revalorisés, à Fribourg. Chez nous, les gens viennent plutôt renouveler leur stock de jeux durant l’année. »
LudoTroc est l’un des programmes d’insertion professionnelle de la fondation Intervalle. Des jeunes entre 16 et 25 ans récupèrent, nettoient, réparent des jouets dans le cadre d’un SeMo – semestre de motivation. Ces jouets qui ne servaient plus, les aident à reprendre confiance et à les remettre sur la route de l’emploi.

 

Un geste solidaire

Les objets d’occasion ont du succès en Suisse. Non seulement ils coûtent moins cher, mais ils sont aussi une forme de résistance à la surconsommation. «Ça marche bien pour les habits de seconde main, les gens vont facilement dans les friperies, constate Francesca Mosar, membre de l'association Arbolife, à Neuchâtel. Pour un cadeau, il faut aussi se demander pourquoi en acheter un neuf. »
Dénicher pour soi un matériel électronique, un livre ayant déjà servi est moins délicat que d’offrir un cadeau d’occasion aux siens. En général, plus un présent est gros et cher, plus le donneur est mis en valeur et affirme son statut social.
«Malgré tout, l’idée fait son chemin, observe Mme Mosar. Cette année notre opération "Cadeau de Noël de seconde main" passe mieux qu’il y a deux ans lors de la première campagne.»
Avouons-le, la plupart d’entre nous préfère recevoir le dernier cadeau branché plutôt que celui démodé et emballé dans du papier recyclé. D’un autre côté, nous savons aussi nous montrer généreux et solidaires.  

«Des jouets nous sont amenés par les familles durant toute l’année, rapporte Gaël Blanchet, responsable adultes d’OSEO Valais, à Sion. Nous pouvons ainsi redistribuer 1000 paquets cadeaux lors de notre action de Noël.»
En amont, les assistantes sociales ont joué les secrétaires du père Noël et répertorié les vœux des enfants des foyers les plus défavorisés. Une partie des joujoux récoltés se retrouve au Dé Magique, la boutique de l’Oeuvre suisse d'entraide ouvrière. «En plus de l’aspect économique, les clients qui achètent ces jouets ont conscience que ça donne un peu de travail aux jeunes qui les restaurent, confie M.Blanchet. C’est utile et vertueux.»
Parce que les enfants grandissent vite, ne laissons pas les vieux jouets se morfondre au fond d’un placard quand ils peuvent faire à nouveau le bonheur de petites filles et de petits garçons.

François Jeand’Heur

Nous avons la chance de pouvoir collaborer avec la fondation en République Dominicaine:

Fondation Sonrisa Sur Azul (Sourire bleu sud)
Lizbel Antigua
Rue des vollandes 26
1207 Genève
Agit en faveur des enfants démunis et peu favorisés situés à la frontière entre Republique Dominicaine et Haiti

La fondatrice est supermotivée. Elle habite à Genève depuis 13 ans
Tél. 078 940 48 46
Mail: sonrisasurazul@gmail.com 
La fondation Sonrisa Sur Azul fait des envois dans 3 villages et recherche des jouets en bon état, des peluches (oui, oui!!!), mais aussi des couches, des biberons, des vêtements pour enfant et des fournitures scolaires

Alors si vous avez des peluches à ne plus savoir qu'en faire, des jouets à donner, des vêtements...
Vous pouvez les faire parvenir à cette fondation.

Vous pouvez aussi utiliser pour donner ou vendre notre rubrique Petites annonces ici

Commentaires





ale
18.12.2015 13:11

Bonjour,
J'aimerais savoir ou amener les jouets dont mes enfants ont plus besoin qui sont e bon etat. J'habite dans le canton de Vaud entre Geneve et Lausanne.
Merci de me repondre a cet email alestags@yahoo.com

Partager:

Nos adresses préférées

> les Acacias

Vêt'Shop Friperie Acacias - Croix-Rouge genevoise

Vente de vêtements de seconde main au sac et au kilo pour hommes et femmes.

A lire

Voir également

Nos partenaires