Violence à l'école et réseaux sociaux

Notre expert
Olivier Chatelain, éducateur

Aide éducative et guidance parentale à Genève

Vous ne savez plus que faire pour vous faire obéir et limiter les conflits avec les enfants? Olivier Chatelain, éducateur et enseignant, vous aide dans l'éducation de vos enfants. Il répond gratuitement aux questions que vous vous posez.


Posez votre question gratuite
Violence à l'école et réseaux sociaux

Harcèlement, la peur à l'école

Être la cible, la victime de harcèlement, transforme la vie de l'élève en enfer quotidien. Internet, les réseaux sociaux en démultiplient l'impact et les traumatismes. Informer, créer un climat social au sein de la classe sont les moyens de lutter efficacement contre ce phénomène.

 

L'école, terrain miné

A force de se faire traiter de «pute», cette élève de 6e, se demande si finalement, ce n'est pas vrai. Une autre, 14 ans témoigne: «J'ai du changer d'école parce que là-bas tout le monde me rabaissait et me crachait dessus» Ces témoignages anonymes sur ciao.ch, révèlent la violence vécue à l'école. Insultes, bousculades, pour certains enfants, la scolarité ressemble à un chemin de croix. Une enquête valaisanne de 2012, auprès de 4000 écoliers de 5e et 6e, faisait ressortir qu'un peu moins de 10 % des enfants sont concernés par le phénomène. Les disputes, les bagarres, sont souvent des moyens de régler des différends entre pairs. Ces rapports font partie de la vie sociale de l'enfant et sont structurantes dans son approche de l'autre. Il se confronte à une réalité qui n'est pas la sienne et doit composer avec. Le harcèlement, par contre, est un déséquilibre du rapport de force. Il entretient une domination vis-à-vis d'un enfant qui devient la proie d'un ou plusieurs de ses congénères. Internet, les téléphones mobiles sont devenus des armes contre lesquelles, il est difficile de lutter.

 

Cybermobbing, harcèlement 2.0

Avec les nouvelles technologies, le harcèlement n'a plus de limites. En dehors de l'école, il continue sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter, YouTube, sont des caisses de résonance aux effets dévastateurs. Par leur grande audience, leur facilité d'emploi, leur anonymat, ils propagent la haine et laissent le jeune visé démuni contre ce genre d'agression dématérialisée. Insultes, photos peuvent en quelques instants, se répandre sur la Toile et faire une réputation. Les filles sont davantage exposées à ce genre de danger qui prend souvent un caractère sexuel. Comme avec le «sexting», photos intimes que l'on diffuse sur internet ou sur mobile.«J'ai fait une énorme erreur, j'ai envoyé une photo de moi torse nu à un garçon et il l'a montrée à toute mon école», raconte cette jeune fille sur ciao.ch. Les jeunes sont quelquefois complices de leur malheur et quand la prise de conscience arrive, c'est souvent trop tard, le mal est fait. La popularité escomptée se retourne alors contre son auteur et peut faire l'objet de chantage, de pression. Les cyberharceleurs ne réalisent pas toujours que les cicatrices virtuelles sont bien réelles et profondes.

 

Informer et former

Pour contrer ces nouvelles formes de violence à l'école, voir aussi jeunesetviolence.ch, et en dehors, des actions de sensibilisation sont menées. Pro Juventute a récemment mis en garde dans ses campagnes, les jeunes contre les dangers du sexting et du cybermobbing. L'office fédéral des assurances sociales (OFAS) a créé une plate-forme Jeunesetmédias.ch dans le cadre du programme national de promotion des compétences médiatiques. Pour Liliane Galley, collaboratrice scientifique à OFAS, le but est d'informer « Une meilleure connaissance des technologies permet d'en repérer les dangers et de s'en protéger. C'est valable pour les jeunes, bien sûr, mais aussi pour les parents qui veulent savoir ce que font leurs enfants ». Les recommandations de l'OFAS dans la lutte contre la violence à l'école privilégient la mise en place de règles de vie et des méthodologies interactives. Charte élaborée avec les élèves, renforcement de leurs compétences sociales, espaces de paroles, sont des solutions pour mieux vivre ensemble à l'école. Un enseignement misant sur la coopération, où les jeunes s'impliquent dans la vie de classe, crée un climat scolaire favorable et lutte efficacement contre tous les types d'agression et de brimades.

 

Stop au harcèlement!
Si le harcèlement n’est pas stoppé, il peut avoir des conséquences graves (dépression, suicide, délinquance...)!

Que dit la loi?
Les injures (article 177 du code pénal), les menaces (article 180), la calomnie et la diffamation (article 173) sont interdites par la loi!
Une personne qui harcèle peut avoir à faire à la police et se retrouver devant un juge! A vous de porter plainte auprès de la police si votre enfant est harcelé.

François Jeand'Heur, Lafamily

Commentaires





Partager:
Nos adresses préférées

> Berne

Amnesty International

Organisation non-gouvernementale internationale et mouvement mondial de défense des droits humains comptant plus de 7 millions de membres et de personnes actives dans tous les continents.

> Genève

Association Face à Face

L’Association « Face à Face », basée à Genève, en Suisse, prend en charge les femmes, les mères et les adolescent-e-s, filles et garçons de 13 à 20 ans, ayant des comportements agressifs et/ou violents, ainsi que les familles à transactions violentes.

> Genève

Association VIRES

Association reconnue d’utilité publique
Vient en aide aux hommes et aux femmes, qui font usage de la violence dans leur couple et leur famille.

Permanence téléphonique 7/7:
022/328.44.33
Permanence sans rendez-vous:
le mardi de 16h à 18h

Vous serez reçu le plus rapidement possible (délai de réponse à votre demande : maximum 3 jours).

Nous examinerons ensemble et en toute confidentialité votre situation. Vous pourrez à cette occasion nous poser toutes les questions concernant notre association et notre travail.

> Genève

Centre Périnatal – Bulle Natale

Accompagnement avant, pendant et après la grossesse. Consultations sommeil bébé et enfant, Masterclass, yoga, danse, gym maternité, éveil psychomoteur.

> Genève

F-Information
Ecoute et orientation pour les femmes et les familles

Accueil - Information - Documentation - Consultations (022 740 31 00)
Permanence juridique téléphonique (gratuite) : mardi de 11h à 13h et jeudi de 14h à 16h (022 740 31 11)
Groupes:
RESI-F (Réseau d'échanges et de savoirs pour les femmes), bilan-portfolio de compétences (en groupe et individuel) pour les femmes en emploi, en transition professionnelle ou au foyer, et ateliers d’information.
Bibliothèque Filigrane
Documents sur les thèmes: femmes, familles, égalité, sexualité, éducation non sexiste (même adresse, tél. 022 740 31 41).
Lectures égalitaires pour les enfants de 3 à 6 ans un mercredi par mois.

> Genève

SOS Enfants - BCAS

SOS-ENFANTS GENEVE – Bureau Central d’Aide Sociale.
Offre gratuitement aux enfants, aux adolescents et aux parents qui rencontrent des difficultés d’ordre personnel ou relationnel, une écoute, un soutien psychologique, un appui éducatif, des informations et des conseils. Toutes ces prestations sont gratuites, confidentielles et assurées par des psychologues-psychothérapeutes FSP.

Des consultations individuelles et des entretiens de famille dans deux lieux (place de la Taconnerie 3 et 99 - Espace de Quartier, rue de Lyon 99)

Un site interactif où vous pouvez poser des questions www.bcas.ch/sosenfants

Permanence téléphonique (022 312 11 12)
Lundi : 9h00 à 16h00
Mardi : 9h00 à 16h00
Mercredi : 9h00 à 12h00
Jeudi : 9h00 à 16h00

> Genève 8

SPMi - Service de protection des mineurs

Service de prévention social. Assiste la famille dans sa tâche éducative, veille aux intérêt des mineurs.
Ces prestations peuvent aller du simple conseil à une prise en charge sur le long terme ou à l'application des mesures et mandats ordonnés par les instances judiciaires, civiles et pénales.

> Genève 3

Juris Conseil Junior

Permanence juridique téléphonique pour les mineurs et les jeunes adultes jusqu’à 25 ans.
Un-e avocat-e répond au 022 310 22 22, du lundi au vendredi de 9h à 17h, gratuitement et en toute confidentialité.

> Lausanne

Anne Jeger- Psychologue FSP/AVP
Aide en ligne - Consultation en cabinet

"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..."
Khalil Gibran

> Genève

Association Face à Face

L’Association "Face à Face" travaille sur la prévention et le traitement psycho-éducatif des femmes et des adolescent-e-s ayant des comportements violents, ainsi que des familles à transactions violentes, afin d’enrayer le cycle répétitif de la violence.
Elle propose également des formations et des supervisions pour les structures ou les individus qui le souhaitent.
La violence est un ensemble de comportements, de paroles ou de gestes agressifs, brusques
et répétés contre soi ou à l’intérieur d’une relation de couple, de famille ou de travail.
Cette violence peut être physique, psychologique, économique ou verbale.

A lire
Nos partenaires