Notre expert
Classe d’accueil pour jeunes allophones, nouvelle case départ à Genève

Pour les enfants migrants et leur famille, l’école est une promesse d’avenir. En apprenant le français, ils deviennent des élèves comme les autres et s’intègrent dans une cité genevoise très cosmopolite.

L'Accueil de l'Enseignement Secondaire II - ACCES II - à Genève reçoit des élèves migrants (15-19 ans), principalement allophones, pour leur permettre de continuer leur formation une fois que leur maîtrise de la langue française sera suffisante.
Le but principal de ce service est d'amener les élèves allophones à un degré de francophonie qui leur permette de poursuivre une formation scolaire ou professionnelle. (Source https://www.ge.ch/dossier/ecole-plus-inclusive-geneve/ecole-inclusive-mosaique-mesures-dispositifs)

 

La cour de Babel

Quel est le point commun entre une famille traditionnelle de Mongolie et un diplomate pakistanais ? A priori aucun, sauf que leurs enfants venus du bout du monde se retrouvent tous les jours en classe d’accueil, à l’école des Charmilles, à Genève. Cet établissement compte 440 élèves dont 24 primo-arrivants allophones. « Malgré la disparité, nous trouvons toujours un élève qui parle la même langue que celui qui arrive et qui ne parle pas du tout français », confie Nicolas Reuland, directeur de l’école. Ce qui permet à l’enfant de ne pas être complètement perdu. Entre 6 et  12 ans, ils vont rapidement acquérir de nouveaux repères. « Et puis entre eux, ils ont ce que nous adultes avons perdu, c’est le jeu. Pour ça, quelques mots, quelques gestes suffisent à échanger et à participer ». Et plus on est jeune, plus on apprend vite. C’est pourquoi, les enfants de moins de six ans sont directement incorporés dans les classes ordinaires.

 

Dis-moi d’où tu viens

En classe d’accueil pendant un an à mi-temps, la clé de voûte de leur apprentissage est le français. « Mais l’accueil comprend aussi l’orientation, le repérage de besoins particuliers », précise Christina  Kitsos, chargée des affaires migratoires au Département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP). « Pour les élèves plus âgés, leur cursus scolaire antérieur compte beaucoup, ajoute-t-elle. Quand un enfant de quatre ans est intégré directement à plein temps en classe ordinaire, il est important qu’un adolescent ait exercé son "métier" d’élève auparavant ». La disparité des parcours est un vrai défi pour les classes d’accueil. « Toute la difficulté est là, reconnaît Nicolas Reuland. Avec douze élèves maximum, le professeur travaille pour créer une ambiance, une cohérence dans le groupe ». Cette intégration se fait progressivement et naturellement pour le directeur qui recense 48 nationalités différentes dans son école. L’établissement est à l’image du canton de Genève où le taux d’étrangers dans les classes est de 40%. Les parents primo-arrivants sont tous conscients que l’école est un facteur d’intégration pour leurs enfants et par ricochet pour l’ensemble de la famille.

 

Ensuite

Reversés dans les classes ordinaires après un an, les enfants reprennent un parcours normal. « 3-4 mois suffisent pour qu’ils comprennent et s’expriment à l’oral », constate Nicolas Reuland. Après, il est difficile de savoir s’ils réussissent dans leur cursus scolaire car le facteur migration n’est pas retenu dans le suivi. Elèves lambdas, leurs difficultés ont souvent d’autres causes comme la précarité du statut. Fils de haut fonctionnaire ou demandeur d’asile, les chances de poursuivre des études dépend d’abord de l’origine socio-économique. «A ce titre, nous ressentons les effets de la crise mondiale, souligne Nicolas Reuland. On voit des familles venir d’Espagne quand chez eux, il n’y a pas plus de travail, plus d’espoir. D’autres viennent d’Afrique, d’Amérique du sud, des Balkans». L’éducation est un droit international et l’école publique genevoise assure sa mission en intégrant tous les enfants, qu’ils soient issus de famille clandestine ou provenant de la Genève internationale.

   

L'école des Parents à Genève propose des ateliers pour parents migrants

91, rue de la Servette
1202 Genève
Tél. 022 733 12 00
www.ecoledesparents.ch

Commentaires





Partager:

Coups de coeur de la semaine

A lire
Nos partenaires