Notre expert
Anne Jeger - Psychologue clinicienne

Question psychologique en ligne ► Notre partenaire psychologue clinicienne, répond gracieusement à vos questions concernant vos problèmes personnels et familiaux :
Posez vos questions, c'est gratuit !
Estime de soi: Réussir à l'école

 

Le passage à l'école est un choc pour l'enfant. Il passe d'un milieu non compétitif à un milieu compétitif, d'interlocuteurs connus à des interlocuteurs inconnus, d'une vie centrée sur lui à une vie centrée sur le groupe. L'estime de soi peut être mise à rude épreuve!
              

  • Une meilleure estime de soi est en corrélation avec la réussite scolaire en ce sens que l'enfant saura mettre en place des stratégies pour affronter ses difficultés, par exemple en allant chercher aide et soutien.   
  • Une basse estime de soi peut être paralysante et conduire non seulement à l'échec mais aussi à la souffrance.
                 

Globalement les systèmes scolaires compétitifs améliorent l'estime de soi des enfants chez lesquels elle est haute et altèrent celle des autres. A l'inverse, les systèmes scolaires non compétitifs valorisent relativement moins l'estime de soi des bons élèves mais améliorent celles des plus faibles.
           

Mais, davantage que les systèmes scolaires, c'est plutôt la qualité de l'éducation dans sa globalité qui va être importante pour la réussite scolaire.
         
Les parents prennent soin non seulement des compétences scolaires de leur enfant mais aussi de ses compétences affectives, émotionnelles et sociales. Ils apportent des nourritures affectives et des nourritures éducatives à leur enfant. On peut donner beaucoup d'amour et passer à côté de l'éducation qui consiste à apprendre à son enfant à développer des stratégies pour évoluer en harmonie avec son entourage. Pour terminer, il est important de souligner la nécessité de se préoccuper de notre propre estime de nous-mêmes. 
          
La meilleure pédagogie est bien souvent l'exemple. Les enfants vont être les témoins de nos manières de gérer et d'affronter les difficultés. Nos besoins restent les mêmes une fois que nous sommes devenus grands - tant il est vrai que nos doutes d'enfants font nos doutes d'adultes.

                 

Cet article vous a interpellé, vous vous posez des questions?
Posez votre question à info@lafamily.ch, Anne Jeger, psychologue, vous répondra

Commentaires





Partager:
A lire
Nos partenaires